Menu Principal


Ressources

Formulaire de login

Unité de santé villageoise à Kilibo-gare...

   En 2011 lors du voyage de concrétisation du jumelage (trois élus de Joigny et  la Présidente de Joigny-baobab, le personnel de santé exprime les besoins importants  du village éloigné, distant de 5 km par piste,  appelé Kilibo-gare, nécessitant un local et un équipement sur place.

 Les femmes, en particulier,  n’ont pas d’autre moyen que de se rendre à pieds voire en moto, pour aller accoucher ou faire  vacciner les enfants.

 

 Parallèlement l’association de développement de Kilibo, IREKPO, présente une étude exprimant les mêmes besoins. La population du lieu est essentiellement agricole et de condition pauvre.

 Le forage qui alimente la ville en eau potable  y est implanté.

 

  En octobre 2012, une demande de création d’une Unité de Santé Villageoise est adressée au Ministère de la santé .

  Les travaux démarrent en novembre 2013 et avancent par à coups  selon les déblocages financiers. 

  Deux ans après, le bâtiment est couvert, portes et fenêtres posées. Il reste à faire l’ électricité,  les carrelages, les  peintures et sanitaires.

  Le matériel fourni par Joigny-baobab et arrivé depuis novembre 2014  sera prochainement installé.

 

  L’Unité de santé  sera sous la responsabilité de la Sage-Femme de Kilibo-ville  et recevra un à 2 agents de l’Etat.

 

 

En 2014 : Centre de santé "KILIBO-Ville"

Personnel : Une Sage-femme : Madame  Bertille  GBAGUIDI DAVE

     1 Major ( Infirmier) :   José CODJO

     3  Aide-soignants

     1 chargé de pharmacie

     3 bâtiments : une maternité, un dispensaire, le logement de la sage-femme.

 

Un relais de santé annexe existe dans le village de Yahoui à 5 km sur le goudron, vers le sud,  avec  une Aide-soignante en permanence et un gardien.

 

Le Dispensaire n’a pas de lit d’hospitalisation, c’est essentiellement un centre de soins et avec quelques lits d’observation.

Les cas graves sont orientés vers l’hôpital de Papané à 25 km par voiture taxi.

Tests divers et vaccinations sont pratiqués sur place. Les soignants se déplacent également dans les divers villages à moto.

 

Toujours le paludisme en tête des maladies, avec les infections respiratoires ( nuisance du charbon de bois , seule source d’énergie pour l’alimentation).

 La maternité pratique environ 30 accouchements par mois. 

 De très jeunes filles 13-15 ans : 20 en 2014.  Un gros travail de prévention et de planning familial est à faire.

 

 Un travail de prévention sur le sida est pratiqué.

 

 

 Le matériel envoyé par la mairie de JOIGNY est bien utile et bien utilisé sauf le stérilisateur, faute d’assez de  puissance électrique. Les ampoules du centre grillent souvent. 

 

 Le frigidaire pour les vaccins est toujours un frigidaire à gaz.