Menu Principal


Ressources

Formulaire de login

À vos agendas !

10 jours au Bénin...

Extrait de Joigny-infos n°57 - Décembre 2013

Un vent de bonnes nouvelles de Kilibo souffle sur notre blog

Bonjour à tous,

Ce n’est pas un, ni deux, mais trois courriers
que nous venons de recevoir de nos partenaires de Kilibo
apportant de bonnes nouvelles
quant au développement de leurs projets.

Qui est arrivé le premier, l’œuf ou la poule ? 

Dans le projet d’aviculture d’Aimé DJESSOU, ce sont 204 poussins qui lui ont permis de débuter. Avec un taux de mortalité très faible et un élevage qui se porte bien, Aimé espère que ses poussins pourront être vendus pour les repas des fêtes de fin d’année. Et ce n’est pas tout, ce diplômé d’état en Etude Agricole Tropicale a pour projet de développer « l’ovoculture » et assurer une production, à terme, de 100 plateaux d’œufs par jour ainsi qu’un projet de maraichage autosuffisant. Comment ? En utilisant les déchets du poulailler comme engrais pour le maraicher et les déchets du maraicher pour nourrir les volailles. Ingénieux, non ? Ce jeune dynamique et créatif souhaiterait également construire un laboratoire de Physiologie Animale pour installer un centre d’alimentation animale à Kilibo. Tout comme M. Samuel ALAMOU qui a rencontré et encouragé Aimé DJESSOU, nous lui apportons notre soutien et saluons son initiative.  

 

Floriane PERTUE

 

Production et commercialisation des noix d’anacarde et des produits dérivés du manioc

La présidente du Centre de transformation des produits locaux (le C.T.P.L), Madame Bénédicte DJAGOUN, remercie Joigny Baobab de l’envoi d’une dizaine de paires de gants et nous fait part des résultats de cette association comptant 8 membres permanents. Comme elle le précise dans son courrier, l’association ne produit pas seulement des noix d’anacarde (noix de cajou) mais également 23,5 tonnes en moyenne par an de produits dérivés du manioc tels que le Gari (11, 5 tonnes), le Tapioca (5 tonnes), la Farine Panifiable (4 tonnes) …. Ces produits sont vendus dans les villes de 3 départements béninois (Borgou, Atacora et Collines) ainsi que dans les capitales d’autres pays d’Afrique (Dakar, Bamako, Ouagadougou et Abidjan). Elle ajoute un point de vente en Europe que nous vous laissons deviner….. il s’agit bien évidemment de Joigny. Notons que vous pourrez découvrir ou redécouvrir ces produits sur le stand Joigny Baobab du marché de Noël de Joigny les 14 et 15 décembre prochains. Enfin, dans le but de développer l’activité de l’association, Madame DJAGOUN sollicite l’appui de Joigny Baobab pour acquérir du matériel de concassage des noix d’anacarde et une râpe en inox pour la transformation du manioc. 

 

Floriane PERTUE

« Plus on est d’amis, plus on riz »

Madame Odette AYEDEGUE, présidente de la Coopérative d’IFEDAKPO, ne nous envoie pas une simple lettre de remerciements mais un véritable compte rendu des avancées de la coopérative. Madame AYEDEGUE met en avant les retombées de l’achat de la décortiqueuse à riz financée par Joigny Baobab, et le bilan est très positif ! Comme elle le précise dans son courrier « Petit à petit l’enfant fait son nid en s’organisant bien. Nous irons petit à petit […] en nous organisant correctement. » Grâce à la décortiqueuse, le riz produit est de meilleure qualité. Les revenus tirés de cette activité ont permis d’envoyer 4 femmes suivre une formation d’amélioration de la qualité dans le nord du pays. Enfin, la coopérative disposera prochainement d’un nouveau local mais pour le moment il faut commencer par débroussailler le terrain et forer le puits. Affaire à suivre….

 

Floriane PERTUE

5 jeunes Joviniens au Bénin (fin)...

Chère population de Joigny,

les mots me manquent pour vous temoigner
combien de fois la ville de Kilibo a regretté le départ
de ces cinq jeunes Joviniens
qui pendant ce court séjour
n'ont fait qu'égayer 
Kilibo
par la volonté et l'amour du travail,
par des sketches 
instructifs
et par des cadeaux offerts aux petits
par ici et par là.

Qui dit mieux ?
Qui peut faire mieux que cela ?

Je me souviens également
de ces dernières secondes de leur départ
à l'aéroport international de Cotonou
où tout le monde coulait les larmes
- Abdèl-Karim surtout -
par l'effet de l'émotion.

Chers jeunes très aimables,
je crois bien que vous nous avez laissé
un très bon souvenir par vos chansons,
vos dons à divers niveaux
et surtout les barrages effectués
dans deux écoles de Kilibo.

Je ne sais pas quoi dire de plus
mais je souhaite que ce jumelage
soit un héritage qu'il faut entretenir
afin de suivre les pas de nos chers parents.


Je remercie au pasage la mairie de Joigny
qui n'a ménagé aucun effort
pour envoyer ces cinq jeunes volontaires
qui se sont montrés capables de résister au soleil
et de travailler sous pression durant leur séjour.

Je vous remercie infiniment.

Oladonni Abel ADJE

Pour suivre le séjour des 5 Joviniens à Kilibo...

Rendez-vous sur leur blog
à l'adresse suivante :

http://www.joigny-kilibo.jimdo.com/

Expo 2013...

Venez nombreux !

5 jeunes Joviniens au Bénin...

Ulrich, Abdelkarim et Mohamed
fréquentent l’Espace jeunes depuis des années.
Carol et Omar y travaillent.
Ensemble,
ils partent monter leur projet solidaire à Kilibo,
commune béninoise.

Les vacances de la Toussaint seront placées sous le signe de la solidarité pour trois étudiants joviniens. Ulrich Ducrot, Abdelkarim Handichi et Mohamed Ouarzazi délaisseront Dijon pour Kilibo, au Bénin. Accompagnés de Carol Loyau et d'Omar Hammouti, respectivement en mission de service civique et animateur à l'Espace jeunes, ils vont concrétiser le projet environnemental et solidaire sur lequel ils planchent depuis plusieurs mois*. Départ le 21 octobre, retour le 30.

Tri des déchets 
et environnement

« J'avais entendu parler de ce projet, mais je pensais qu'il ne se concrétiserait jamais… jusqu'à l'arrivée de Carol », explique Mohamed, 23 ans. L'étudiant en troisième année de licence de responsable logistique s'est immédiatement investi. « Pour découvrir d'autres cultures et voir comment ça se passe ailleurs », poursuit-il.

C'est Mohamed qui en a parlé à Abdelkarim, 21 ans, étudiant en deuxième année de management des entreprises. « Je devais faire un projet humanitaire avec mon école l'an passé. Cela ne s'est pas fait, mais ça m'a fait réfléchir, explique-t-il. J'attends de cette expérience qu'elle me fasse grandir. Et de montrer que, même si on est loin, on peut donner un coup de main. »

Ulrich, lui, avait entendu parler de Kilibo par son professeur béninois de physique-chimie, au collège. « Abdel et Mohamed m'ont contacté ; les thèmes de l'écologie et de l'entraide correspondent aux valeurs que nous portons chez les Jeunes socialistes, auxquels j'appartiens », souligne ce natif du Cameroun, 22 ans, actuellement en Master 1 de droit international des affaires.

 

Le voyage qui les attend est l'une des étapes d'un projet déjà bien ficelé. Pour pouvoir sensibiliser leurs interlocuteurs béninois au tri des déchets et à l'environnement, Ulrich, Abdelkarim, Mohamed, mais aussi Carol et Omar ont eux-mêmes été formés. Ils ont visité une station d'épuration et une plateforme de compostage. Ils ont écouté les recommandations de l'ambassadrice du tri de la communauté de communes ; et se sont initiés à la culture béninoise auprès de Thérèse Brayotel, la présidente de Joigny Baobab. Association sans laquelle « le projet n'aurait pas pu se monter », souligne Frédérique Colas, adjointe au maire chargée notamment de la solidarité et de la jeunesse.

« Je pense que nous allons rentrer très humbles »

Avant même leur départ, les jeunes Joviniens ont reçu quelques conseils médicaux, notamment. Vaccinés contre la fièvre jaune, ils doivent suivre un traitement contre le paludisme, une maladie qui vient d'emporter l'un des jeunes membres béninois du comité de jumelage. On leur a conseillé de ne consommer que de l'eau en bouteille, « même pour nous brosser les dents ». « Ça ne nous a pas découragés », rassure Omar. Mais ils commencent à prendre conscience d'un certain nombre de choses. « Je pense que nous allons rentrer très humbles », renchérit Ulrich.

Les jeunes vont décoller pour six heures d'avion, puis une journée de mini-bus de Cotonou à Kilibo. Là-bas, ils sont « très attendus », assure Frédérique Colas.

(*) Yonne Républicaine du samedi 28 septembre.

Sabrina Huard

Joigny infos d'octobre 2013...

Adieu Méchack...

Par cette photo,
ou Méchack est le porte-parole des étudiants parrainés de Calavi,
lors de la rencontre avec les élus de Joigny,
en novembre 2011, 
je voudrais lui rendre  hommage.

C’est une peine terrible pour notre famille parrainage, nous sommes bouleversés.

 Fidèle, dévoué, consciencieux, nous le remercions pour ce qu’il a été.

 Non seulement il fut un parrainé hors pair,
mais depuis son retour à Kilibo,
il tenait une place précieuse
et de plus en plus efficace
dans le jumelage.


Il avait tout à fait compris 
le sens du parrainage, 
du partenariat
et du jumelage.

 Soyons fidèles à sa mémoire,
et que les jeunes n’hésitent pas à suivre le chemin
dans lequel il s’était engagé.
 

Merci Méchack,
Repose en paix,
et Veille sur Kilibo.

 

Thérèse ou maman Kilibo.

Séraphin est en France ! (6)

 

Jeudi soir,
réception officielle...

...avec petits discours...

...drapeaux et échanges de cadeaux :

...en particulier un drapeau français offert pour Kilibo !

-------------------------------

Vendredi,
au Lycée Louis Davier,

rencontre avec les classes de Bac Pro :  Gestion Administration.

 ...classes qui utiliseront comme l'an dernier,
des exercices pratiques,
sur des actions 
venant en aide à Joigny-baobab.